Blue Flower

Puceron vert du pêcher

Description

  • Adulte ailé : tache noire sur l’abdomen vert, thorax noir, 2 longues paires d'ailes translucides.
  • Aptère : plus petit, vert clair, avec des cornicules et une cauda assez courtes par rapport à celles de l'ailé. Tubercules antennaires convergents.

Thumbnail image

Feuilles de tournesol crispées et boursoufflées
Photo© (Sulzer) (Coutin R. / OPIE)

Biologie

  • Pucerons holocycliques diéciques, l’hôte primaire est le Pêcher (ou le Prunier), les hôtes secondaires étant les herbacées annuelles. Dans les serres et dans les régions méridionales, ils se reproduisent par parthénogénèse, les virginipares hivernant sur les plantes hôtes secondaires.
  • La biologie de ce puceron dépend des conditions climatiques et, en particulier, de la température. La fécondité tombe rapidement lorsque la température dépasse 30°C et, en serre, il y a émigration.
  • Longévité de l'adulte : 3 mois à 5°C, 10 jours à 25°C ; de la larve : 21 jours à 10°C, 7 jours à 25°C.
  • Fécondité moyenne : 80 larves par femelle (les aptères sont plus productifs que les ailés).

Cycle de vie

  • Eclosion de l’œuf d’hiver en avril et naissance de la fondatrice, femelle aptère parthénogénétique vivipare qui engendre une quarantaine de larves, devenant des adultes ailés ou aptères.
  • Après 3 générations, production de formes ailées uniquement, qui émigrent sur des plantes hôtes secondaires. Il n'y a plus de Pucerons sur les plantes hôtes primaires à partir du 15 mai ou du 10 juin, suivant les conditions climatiques.
  • Succession de plusieurs générations de femelles parthénogénétiques vivipares (ailées et aptères) sur les plantes hôtes secondaires.
  • Apparition des sexupares ailés (début sept. à fin nov.) qui retournent sur la plante hôte primaire et y engendrent des femelles sexuées, ce, simultanément avec l’apparition de mâles sur les plantes secondaires.
  • Accouplement fin octobre, ponte de l'oeuf d'hiver à la base des bourgeons et éclosion en avril.

Dégâts

Insecte piqueur et suceur il provoque des dégâts directs (feuilles recroquevillées et souillures) et indirects (transmission de virus). Ces dégâts sensibilisent la plante au sclérotinia.
Par l'extérieur la colonisation se fait par foyers qui sont à l'origine de l'invasion généralisée.
Puceron très polyphage, en plein champ, il peut commettre des dégâts sur le tournesol comme sur d'autres cultures (colza, pommes de terre, choux, laitues etc.).