Blue Flower

La punaise verte

(Nezara viridula)

 

La punaise verte peut se développer au dépens de nombreuses plantes hôtes

Symptômes

  • Les attaques sur jeunes gousses entraînent des malformations, des dessèchements prématurés et même des avortements complets de gousse.
  • La graine peut aller jusqu’à l’avortement suivant le stade de développement et l’intensité de la ponction par la punaise.

Description

  • Les femelles peuvent pondre plusieurs centaines d’œufs, par plaques de 30 à 80 œufs, sur la face inférieure des feuilles.
Les oeufs, de couleur beige évoluent vers le rose

Les larves

  • Les jeunes passent par 5 stades : L1 à L5. Il existe des formes vertes et des formes noires, toutes dorsalement ponctuées de points de couleurs vives.

Les adultes

  • Longs de 12 à 16 mm, ils sont facilement reconnaissables par leur coloration généralement verte et la présence de 3 petits points clairs, parfois 5, à la base de l’écusson.
  • Les adultes assurent la survie de l’espèce pendant l’hiver. A l’entrée de la phase d’hibernation, leurs couleurs deviennent ternes. En hiver ils présentent une teinte brun violacé.
Automne-hiver : à l'entrée de la phase d'hibernation, les adultes ont une teinte brun violacé Printemps-été : la punaise est facilement reconnaissable par sa coloration généralement verte et à la présence de 3 petits points clairs à la base de l'écusson, parfoi
Photos © CETIOM

Dégâts

  • La nuisibilité de cet insecte est liée aux prélèvements alimentaires effectués par les adultes et les larves sur les organes de la plante, surtout les gousses et les graines.
  • Une attaque précoce est plus nuisible qu'une attaque tardive
  • Les attaques se traduisent par une perte de rendement par avortement de gousses, avortement de graines, diminution du poids des graines :
    • chute de la qualité germinative des graines, ce qui pose des problèmes lors de la commercialisation et de la production de semences.
    • risque de transport de maladies fongiques, bactériennes ou virales
    • instabilité des graines au stockage.
  • Lors d’années à fortes attaques les pertes de rendement s’élèvent en moyenne à 2-4 q/ha, avec un impact fort sur la qualité.
  • Dans les régions du Sud, les adultes peuvent être nombreux à se regrouper sur les cultures de soja, à partir du moment où la fructification est engagée et pour y réaliser un cycle de développement.
  • Le seuil d'intervention est de 2 à 3 punaises par mètre linéaire tout au long de la phase reproductive du soja, en tenant compte de l’écrasement de la végétation lors du passage et du prix de l’insecticide.

Moyens de lutte

  • Prévenir d’éventuelles pullulations d’insectes
  • Une surveillance s'impose particulièrement dans le sud de la France
    • une fois par semaine de mi-juillet à mi-août, observez la culture sur plusieurs zones de la parcelle en bordure et à l’intérieur du champ (6 à 8 points de quelques mètres carrés).
    • un traitement est conseillé si l’on constate la présence de quelques punaises (2 à 3 minimum) sur plus d’un point d’observation sur deux.

Haut de la page