Blue Flower

Puceron du merisier à grappes

Description

Adulte aptère : forme globuleuse, corps vert foncé, antennes à 6 articles.

Colonie estivale sur feuille de maïs
Photo © Coutin R. / OPIE

Biologie

  • Hôte primaire le merisier à grappes (Prunus padus), hôtes secondaires les graminées.
  • L'œuf d'hiver est pondu sur le merisier à grappes. Au printemps, le puceron issu de l'œuf d'hiver (fondatrice) ainsi que 2 ou 3 générations de pucerons virginipares se succédant sur le merisier à grappes et s'y développent, provoquant la crispation du feuillage des jeunes rameaux.
  • Les fondatrigènes ailées émigrent ensuite pour coloniser les graminées, en particulier le maïs, se localisant d'abord entre la tige et la gaine des feuilles, sous les spathes de maïs ou à la face inférieure des feuilles. Après la floraison, les populations se développent sur la panicule, les feuilles du sommet et les épis.
  • Les mâles ailés sont produits à l'automne, sur les graminées et retournent sur l'hôte primaire.
  • Les femelles ovipares, aptères, sont pondues sur l'hôte primaire par des pucerons virginipares ailés provenant des graminées.

Cycle de vie

  • Présent dès le mois de juin sur le Maïs, R. padi pullule surtout à l'automne, de septembre à novembre, lorsque les conditions climatiques deviennent défavorables au développement des mycoses et des Insectes prédateurs. En fin de cycle végétatif du maïs, R. padi retourne sur les semis de céréales d'hiver.
  • La rareté de l'hôte primaire, dans les régions à céréaliculture intensive, entraîne le plus souvent des cycles incomplets (anholocyclie).

Dégâts

Sous l'effet des piqûres, les feuilles de graminées s'enroulent en spirale. Les céréales de printemps sont les plus affectées.
Surtout, R. padi est l'agent de plusieurs maladies à virus des céréales. Il transmet notamment la Jaunisse nanifiante de l'orge (BYDV) dont il est le principal vecteur