Blue Flower

Pyrale

(Ostrinia nubilalis)
 

La pyrale est actuellement le ravageur le plus redouté dans la culture du maïs.

Symptômes

  • La tige est cassée au niveau de l'épi mâle.
  • Les plantes attaquées montrent de nombreux panicules mâles cassés au niveau de la dernière feuille. Les galeries forées dans la tige peuvent provoquer une rupture plus ou moins précoce et celles creusées dans la rafle entraînent souvent la chute de l'épi

Description

  • Les pontes sont regroupés en plaques d'une vingtaine d'œufs déposés à la face inférieure des feuilles. La larve, gris jaunâtre, mesure 2 cm à son complet développement.
  • L'adulte de Pyrale (Ostrinia nubilalis) est un papillon de 2 à 3 cm d'envergure. Les ailes antérieures, larges et fines, sont jaune pâle avec de fines stries brunes, dentelées et transversales chez la femelle. Elles sont plus foncées chez le mâle, ocre à brun foncé.
Thumbnail image Thumbnail image
Ooplaque sous une feuille de Maïs Adulte femelle sur une feuille de Maïs

Développement

  • Après éclosion, les jeunes chenilles pénètrent à l'intérieur du cornet des feuilles du maïs où elles s'alimentent en réalisant des perforations caractéristiques puis s'installent sur le panicule mâle. A la floraison, elles creusent des galeries dans la tige et la rafle de l'épi. Très résistantes au froid, ces chenilles passent l'hiver en diapause dans les débris de récole du maïs.
  • La pyrale possède une seule génération dans le Nord, 2 générations dans le Midi méditerranéen. La nymphose à lieu en mai et en juin pour la première génération et la sortie des adultes s 'échelonne sur un mois environ, de fin juin à fin juillet.Thumbnail image

Dégâts

L'attaque affaiblit la plante et diminue le poids du grain. Les pertes de rendement peuvent atteindre 30%.
On estime que 70% des surfaces de maïs grain sont infestées. Le seuil de nuisibilité estimé à une chenille par plante à la récolte pour les cultures de maïs grain.

Facteurs favorisants

Une hygrométrie élevée favorise l'évolution de l'embryon (5 à 15 jours).

Moyens de lutte

  • Etablir une rotation des cultures car les chenilles, passant l'hiver en diapause dans les débris de la récolte de maïs, ne peuvent se développer au printemps suivant si une autre culture est en place.
  • Bien enfouir les tiges par un labour d'automne suivi d'un hersage de printemps détruit 75% des larves. Si l'infestation est importante, le hachage des tiges avant le labour permet une destruction encore plus efficace.
  • Réaliser une fertilisation équilibrée qui facilite une meilleure croissance ainsi qu'une meilleure résistance aux attaques. Mais un apport trop élevé d'azote peut engendrer une croissance excessive qui affaiblit les plants et augmente l'infestation, ainsi que l'étranglement des tiges.
  • La prévision du risque concernant la pyrale est très importante. Pour être efficace, l’intervention doit intervenir avant la présence de dégâts sur la culture.
  • Le " risque pyrale " est réel si les maïs montrent 0.8 larve par pied ou des pourcentages d'attaque de l'ordre de 40% des pieds atteints l'année précédente. Pour fixer la date d'intervention, l'agriculteur peut procéder à un contrôle des pontes sous les feuilles de 100 plantes, pour à intervenir à partir d'un pourcentage variable de pieds infestés.
  • Le raisonnement de la lutte contre la pyrale est basé principalement sur les informations données par les SRPV et le suivi permanent des champs de maïs par l'agriculteur.
  • Traitement insecticide à l’aide des spécialités autorisées pour cet usage.
  • Par lâchers de trichogrammes (Trichogramma brassicae), micro-hyménoptères parasitoïdes pouvant être utilisés en pratique comme agent de lutte contre la pyrale. D'autres auxiliaires agissant de la même manière existent aussi en conditions naturelles.
  • Lutte physique (mais destruction de nombreux insectes utiles) : à l'aide de trappes lumineuses pour capturer les adultes, mises en marche du coucher du soleil jusqu'à environ 1 heure du matin (durée du vol nuptial).
  • Depuis 1995 les progrès de la génétique ont permis la mise sur le marché, contestée dans plusieurs pays, de variétés résistantes à pyrale.