Blue Flower

Mouche des semis

(Delia platura)
 
La mouche des semis est présente dans toute la France et particulièrement dans l’Ouest.

Description

  • L’adulte se présente sous la forme d’une mouche grise de 3 à 6 mm de long (thorax jaunâtre et abdomen sont ornés d'une bande longitudinale médiane brunâtre, les pattes sont noires).
  • L’œuf est blanc nacré, allongé et mesure environ 1 mm de long.
  • La larve est un asticot blanc de 5 à 8 mm de long à son complet développement ; le dernier segment est tronqué obliquement.
  • La pupe, de couleur rouge-brun, mesure environ 5 mm de long.

Développement

  • La Mouche des semis est très polyphage (plus de 40 plantes-hôtes)
  • Les sols humides, riches en matière organiques et fraîchement travaillés sont très attractifs pour la femelle qui y pond plusieurs centaines d'oeufs le plus souvent isolément. La présence d'un végétal n'est pas nécessaire.
  • L’évolution embryonnaire dure quelques jours.
  • La larve se développe en 3 semaines et s'alimente aux dépens des matières animales ou végétales en décomposition. Très attirée par les graines en germination et les jeunes plants, elle y pénètre et creuse des galeries dans les cotylédons, les tigelles, les jeunes pousses avant leur sortie de terre. Quand la plante est plus développée, ses tissus sont trop durs pour qu'elle soit attaquée et la période dangereuse n'excède pas 3 à 4 semaines.
  • Les larves se nymphosent sous forme de pupes dans le sol à des profondeurs variable
  • 3 à 6 générations peuvent se succéder dans l'année selon les régions. La durée du cycle varie avec la température (+10°C : 85 jours; +20°C : 24-25 jours; +25°C : 16-17 jours).
  • Les pupes hivernent dans le sol et les adultes apparaissent dès la fin de l'hiver et surtout au printemps et sont présent toute l’année en régions méridionales.

Dégâts

  • Les larves détruisent les germes des graines en cours de développement, provoquant souvent la pourriture du végétal et entraînant la destruction plus ou moins totale des semis ou des plantations.
  • Les dégâts dépendent de l'importance de la population larvaire, donc de l'attractivité du sol pour les adultes (sol fraîchement travaillé, richesse en matières organiques récemment enfouies).

Dégâts sur semis de maïs. Racines et tigelles sont endommagées.
Photo©Coutin R. / OPIE

Facteurs favorisants

  • Sols riches en matières organiques avec débris végétaux en décomposition ou apports de fumier.
  • Tout ce qui ralentit la vitesse de la germination et la vigueur de la pousse aggrave les risques, en particulier, les températures basses et la profondeur excessive des semis.

Moyens de lutte

  • Choisir des variétés de bonne vigueur au départ, pour favoriser l’installation rapide du maïs et de prendre le dessus pour minimiser l’effet des ravageurs.
  • Application d’un insecticide du sol.

Haut de la page