Blue Flower

Mycosphaerella

(Mycosphaerella brassicola)

Symptômes

  • Ils s’observent sur feuilles et sur tiges, mais c’est principalement sur siliques que porte la nuisibilité
  • Des taches circulaires gris foncé apparaissent et tendent à se rejoindre sur feuilles.
  • Sur siliques les taches grises sont ponctuées de points noirs (périthèces)

Cycle de développement

  • Le mycosphaerella se conserve sur les résidus de récolte infectés et sur les semences. Les ascospores se disséminent lorsque l’humidité relative est supérieure à 80%. Ils ne peuvent germer sur les feuilles qu'en présence d’humidité (type rosée). Ce champignon ne se développe pas sur jeunes feuilles possédant à priori un inhibiteur de germination.
  • L’infection peut avoir lieu à des températures de 5 à 20 °C, avec 2 à 4 jours d’humidité.

Facteurs favorisants

Les conditions climatiques favorables se situent entre 15 et 20 °C en présence d’humidité (ainsi en 2007 et 2008, du fait de ces conditions, le mycosphaerella a touché la plupart des variétés dans de nombreuses régions, causant des pertes de rendement non négligeables.
En conditions favorables, il est donc nécessaire de bien surveiller les parcelles dès la floraison pour éviter, en cas de présence de la maladie, la montée sur siliques.

Dégâts

Dans les cas les plus extrêmes, les pertes de rendement peuvent atteindre 15%.

Moyens de lutte

Il n'existe aucun fongicide homologué à ce jour sur ce pathogène. Toutefois, les traitements (famille triazoles) ciblés sur oïdium permettent d'en limiter l'impact.
  • enfouir les résidus de cultures afin de réduire le potentiel infectieux sur le secteur. Attention aux semences de ferme (le champignon peut aussi se conserver sur les semences). En présence de maladie, la rotation ne doit pas comprendre d’autres crucifères sensibles à la maladie et il est préférable que le colza ne revienne que tous les 3-4 ans.

Haut de la page