Blue Flower

Hernie

(Plasmodiophora brassicae)

 

La hernie continue de se développer dans le Centre, la Bourgogne, la Lorraine, le Poitou-Charentes et la Bretagne. Elle est apparue récemment dans de nouveaux départements, comme l'Eure et Loir et les Yvelines.

Symptômes

Galles racinaires de hernie. Coupe de galle de hernie : l’intérieur est plein, blanchâtre avec des marbrures brun-noir  
Photos © CETIOM

 

  • Vont du flétrissement temporaire du feuillage, au cours de chaudes journées, à un défaut de croissance et à un rougissement des plantes infectées. Avant l’apparition des symptômes sur feuilles, la maladie peut déjà avoir progressé considérablement dans les racines.
  • Les racines sont renflées et déformées. Ces hypertrophies (galles) sont de forme et de grosseur variables. Les symptômes peuvent apparaître très tôt à l’automne. Les galles sont d’abord fermes (intérieur plein) et blanches, puis brunissent et se craquellent, permettant la pénétration d’agents responsables de pourriture (saprophytes). La dégradation du système racinaire entraîne la mort de la plante dans la majorité des cas.

Facteurs favorisants

  • Sols hydromorphes, battants et acides. Une fois installée, la maladie est très persistante dans le sol.
  • Retour fréquent du colza dans la rotation mais aussi l'implantation de crucifères comme CIPAN (culture intermédiaire piège à nitrate) et un mauvais désherbage (crucifères) accentue la gravité des attaques.

Dégâts

  • La hernie des crucifères n’est pas encore considérée comme l’une des maladies majeures du colza.
  • L’incidence de la hernie sur le rendement dépend de la date et du degré de contamination. Sa nuisibilité peut être forte localement, allant de la perte de quelques quintaux jusqu’au retournement de la parcelle, dans le cas de forte attaque précoce.
  • La hernie entraîne également une perte d'huile (perte allant jusqu'à 3 points entre une parcelle infectée et une parcelle saine pour la même variété).

Moyens de lutte

  • Il n'existe pas de méthode de lutte chimique.
  • La mise en culture d'une variété très tolérante demeure le moyen le plus efficace pour assurer un haut niveau de production.
  • Si le sol est acide, le chaulage (à appliquer après la récolte du colza), couplé à l'allongement de la rotation du colza, permet dans certains cas de réduire la gravité du problème en corrigeant le pH du sol. Diviser par 2 la fréquence des crucifères dans la rotation a le même effet, vis à vis de l'intensité des attaques de hernie, qu'une augmentation rapide du pH de 0,5.
  • Il est très important d’éviter la contamination d’autres parcelles de l'exploitation (terre contaminée) par nettoyage au jet d'eau des outils et du tracteur.
  • Le test du chou chinois, diagnostic à réaliser de début avril jusqu'à la fin août, permet de déterminer si le sol est contaminé par la hernie :
    • Effectuer 4 à 5 prélèvements de terre par zone homogène de la parcelle sur 30 cm de profondeur. Mélanger le tout et remplir 10 pots d’environ 1 l par parcelle testée.
    • Semer 40 à 50 graines de chou chinois Brassica campestris pekinensis, de la varité « Granaat » (que vous pouvez trouver en graineterie). Eclaircissez si nécessaire à la levée.
    • Humidifier les pots et gardez la terre humide.
    • Après 6 à 8 semaines de croissance, arracher les plantules et observez la présence ou non de galles sur les racines.

Haut de la page