Blue Flower

Thrips des céréales

(Limothrips cerealium)

PCD0671 IMG0054
Dégâts sur épi de blé. On remarque le dessèchement des sommités

PCD0671 IMG0081
Dégâts sur feuille d'orge. Pour se nourrir, les larves vident les cellules qui se remplissent d'air. Les feuilles prennent alors une coloration argenté

Description

      • Adulte femelle : 1,6 à 1,8 mm de long. Corps brun clair à noir, pattes noires.Tibia antérieur et tarse sont jaunâtres. Ailes hyalines bordées d'une frange de soies. Antennes à 8 articles. Deux paires de soies très épaisses sur les bords latéraux du tergite 8. Le 10e segment abdominal est conique et pointu. Le mâle, nettement plus petit que la femelle, est aptère.
      • Larve : de couleur blanc jaunâtre, elle a sensiblement la même forme que l'adulte.
      • « Nymphe » : blanc hyalin.

Biologie

      • Plantes-hôtes : les graminées, principalement le blé, l’avoine et l’orge et le maïs.
      • La femelle adulte fécondée reprend son activité en avril et vole à la recherche de graminées. Elle se nourrit sur les feuilles les plus tendres qu'elle pique et dont elle aspire le contenu cellulaire. Elle pond à la base des feuilles ou à l'intérieur de la gaine la plus récente; elle passe ensuite sur l'épi lorsqu'il est dégagé et pond à l'intérieur des glumes et dans les jeunes ovaires. Les oeufs sont insérés sous l'épiderme du végétal à l'aide de la tarière.
      • Larve : elle se nourrit dans les gaines ou sur les épis en piquant les organes floraux puis les graines formées. Sa croissance achevée, elle se "nymphose" en place, dans la gaine ou l'épi.

Cycle de vie

      • 1 génération annuelle en France.
      • Les mâles apparaissent dès le début juin. Ils fécondent les femelles et meurent rapidement. Après une période d'alimentation, les femelles quittent la plante-hôte fin juillet, lorsque la teneur en eau des épis descend en dessous de 45% et gagnent des gîtes d'hivernation.

Dégâts

Les piqûres larvaires sur l'ovaire peuvent provoquer la stérilisation de la fleur et, en conséquence, une baisse sensible du rendement en grains.
Sur les grains déjà formés, les piqûres larvaires provoquent la "moucheture" du grain, entraînant le refus de la semoule de la part des fabricants de pâtes alimentaires.
Les individus adultes piquent l'homme et peuvent, innombrables, entrer dans les habitations.

Haut de la page