Blue Flower

Septoriose de l'épi

(Septoria nodorum - forme sexuée : Phaeosphaeria nodorum)

 

Il s’agit d’une maladie foliaire qui peut également toucher les épis et les semences.

Symptômes

  • Ils se manifestent aussi bien sur le feuillage que sur les glumes, la gaine des feuilles et les nœuds.
    Le symptôme typique de S. nodorum est la présence sur les feuilles de taches brun clair nécrosées au centre en losange et bordées d'une chlorose ou d'un jaunissement.
  • S. nodorum peut aussi provoquer des symptômes sur les gaines ou les épis (nécrose brune) et contaminer les semences.
  • Lorsque les taches de septoriose sont abondantes sur une feuille, elles se rejoignent pour former de grandes plages nécrotiques.
  • Puis des fructifications se forment sur les nécroses et sont visibles sous forme de petites boules soulevant légèrement l’épiderme. Ces boules ou pycnides de couleur brun clair sont beaucoup moins apparentes que celles de S. tritici.
  • Après une pluie, il n'est pas rare de voir sortir de ces pycnides, une gelée rose sous forme de tortillons qui contient des spores. Cette couleur rose des cirrhes est très importante car elle permet de distinguer septoria nodorum de septoria tritici.
  • Le démarrage de la maladie est souvent difficile à détecter. La maladie commence sous forme de nécroses apicales. Par la suite, ces nécroses se généralisent sur la feuille en leur donnant un aspect qui se confond facilement avec la sénescence normale des tissus. Ce n’est que sur la base
    d’observation de groupes de pycnides sur les feuilles nécrosées qu’on peut confirmer la présence de Septoria nodorum.
  • Cette situation est observée surtout en cours de montaison sur les feuilles situées à la base de la plante où l’humidité est importante.
  • En cas de forte attaque, la maladie atteint les glumes des épis. Elle affecte plus particulièrement la partie supérieure des glumes. Les symptômes sur les glumes se manifestent par de petites taches grises qui vont s’étendre jusqu’à la base en faisant apparaître des pycnides de couleur gris foncé ou brune. Les grains atteints présentent des colorations brunes ou des symptômes d’échaudage.

Développement

  • Les principales sources d'inoculum de sont la semence et les chaumes du blé à la surface du sol.
  • Après la levée, on peut trouver quelques foyers dus à des contaminations très précoces soit parl’intermédiaire des semences ou par les pycnidiospores provenant des débris des récoltes précédentes.
  • Les pycnidiospores, qui permettent le développement épidémique de la maladie, commencent à germer à partir d’une humidité relative de 98% au niveau de la feuille. La température doit être comprise entre 5˚C et 37˚C, l’optimum de germination se trouvant entre 20 et 25˚C.
  • Les pycnides ne se forment que sur des tissus morts. Le développement des pycnides et des pycnidiospores est stoppé en dessous d’une humidité relative de 98% au niveau du feuillage et ne peut se produire qu’entre 4˚C et 28˚C.
  • Le développement ultérieur de la maladie se fait suivant les mêmes principes que celui de S. tritici. La progression de la maladie est fonction des conditions de pluviométrie et de températures: une période pluvieuse et humide prolongée (15-20 heures) avec des températures de 18˚C–20˚C à l’épiaison peut entraîner une attaque grave des épis.

Facteurs favorisants

  • La quantité d’inoculum sur les débris végétaux contribue à l'importance de l'attaque de la culture suivante.
  • Une évolution de l'humidité relative vers la saturation après une période de sécheresse.
  • La pluie et l’action éclaboussante des gouttes sur les feuilles du blé favorisent la dissémination des spores
  • Les contaminations sont réussies pour une température comprise entre 5°C et 10°CC si après la pluie il n'y a pas d'ensoleillement et que l'humidité reste relative, reste supérieure à 85% pendant au moins 12 heures.
  • Une période pluvieuse et humide d'une journée à 8°C - 20°C à l'épiaison correspond à une grave attaque sur les épis. L'éclairement joue un rôle dans la sporulation, notamment le rayonnement des U.V, qui lui est nécessaire.

Dégâts

Une attaque de l'épi est rare, mais l'ampleur des dégâts sur feuilles peut provoquer une perte allant jusqu'à 20% de la récolte.

Moyens de lutte

  • Choisir une variété de blé peu sensible (toutes les variétés étant sensibles aux septorioses)
  • Allonger les rotations dans les parcelles,
  • Optimiser la fertilisation.
  • Enfouir les restes de chaumes.
  • Supprimer les repousses de Céréales surtout entre deux cultures.
  • Utiliser des semences saines de variétés tolérantes.
  • Renoncer aux réducteurs de chaumes.
  • Traiter avec des fongicides appropriés.
  • Des infections par l'Oïdium augmentent la réceptivité du blé et de l'orge à la Septoriose.
  • Les graminées sauvages représentent une source d'inoculum, particulièrement pour le blé.