Blue Flower

Septoriose des feuilles

(Septoria tritici - forme sexuée : Mycosphaerella graminicola)

 

Il existe en France un gradient croissant de développement de la maladie qui va de l’est vers l’ouest, où les précipitations et le climat océanique sont des éléments favorisants.

6036281
Plantules de blé chétives et déformées issues d'une parcelle présentant une fonte de semis
Photo ©BONDOUX P., INRA

Symptômes

  • Les premiers symptômes sont observés dès l'automne et pendant l’hiver sur les céréales d'hiver, sur les feuilles les plus basses, en contact avec le sol, pour progresser vers les feuilles supérieures de la plante. Il s’agit de taches allongées de taille variable.
  • Les jeunes plantules attaquées sont souvent de taille réduite, mais les racines ne présentent aucune pourriture
  • Les taches sont d'abord chlorotiques vert clair et deviennent nécrotiques jaunâtres puis brun rouge par la suite.
  • Dans les parties nécrosées des feuilles, des fructifications se forment, visibles sous forme de petites boules microscopiques soulevant légèrement l’épiderme. Il s’agit de pycnides qui ont l'aspect de petits points noirs, isolés, globuleux ou ovales.

Développement

  • Les résidus de la culture précédente constituent la principale source d'inoculum de Septoria tritici. En effet, les pycnides du champignon peuvent survivre sur les chaumes du blé jusqu'à 6 mois et induisent les premières infections sur les plantules du blé.
  • La pycnide en présence d'eau libre se gonfle et laisse sortir une gelée sporifère appelée «cirrhe» incolore contenant les pycnidiospores (spores). Cet enrobage mucilagineux protège les pycnidiospores des conditions climatiques défavorables.

Dégâts

  • Il provoque des baisses de rendement importantes.
  • Ses souches développent rapidement des résistances aux fongicides.

Facteurs favorisants

  • Hivers doux et printemps humide.
  • Paille et les semences contaminées

Moyens de lutte

  • Pratiquer une large rotation de cultures.
  • Enfouir profondément les restes végétaux.
  • Eviter les repousses et les adventices.
  • Semer peu profond.
  • Fractionner la fumure azotée.
  • Choisir des variétés moins sensibles ou tolérantes.
  • Limiter l’usage de régulateurs de croissance.
  • Traiter en positionnant au mieux les traitements des fongicides autorisés.

Haut de la page